DirectTV Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage à la mise en danger: vitesse, alcool et trafic routier dans la cour Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage de la distribution et de l'accès à l'eau potable Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Chiffres clés, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie Trophées, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

30/06/2019

Agriculture & radicalisation à Frangy, Haute-Savoie Cour (caladée) XVIIe, une zone de non droit du XXIe Frangy, lieu de l'absurde : LA cour XVIIe Domaine de Bel-Air ISMH

Les actes de vandalisme commis par l’État sont les plus graves puisqu’ils sont pratiquement assurés de l’impunité, étant commis par ceux mêmes qui ont en charge de les réprimer.  

Comment l'homme peut-il arriver à un tel degré d'inconscience et d'irresponsabilité ? Les propriétaires partent en croisade contre l’absence de sens qui paralyse des experts, des services de l’État ou encore des autorités, ... et le font savoir.

L'avidité court-termiste, sous toutes ces formes, se retourne toujours contre ses auteurs ! c'est une question de temps.

Vous avez le droit de savoir.

Toutes atteintes à la sécurité des personnes ou de leurs biens ainsi que toutes incivilités font que chaque jour, la vie peut devenir insupportable. La sécurité et la civilité sont des droits et lutter contre l’insécurité et l’incivilité sont des devoirs. 

" La vision que l’on se fait du passé détermine l’avenir. Il n’y a pas de futur pour qui ne sait d’où il vient, pour qui n’a pas la mémoire de ce qui l’a fait ce qu’il est.”   Dominique Venner, Histoire et tradition des Européens.

Chers Amis, chers visiteurs, chers frangypans,

Dans cette partie, nous nous efforçons de vous présenter les effets de la radicalisation (les mots ont un sens) d'une certaine communauté agricole locale. Si malgré tout vous aviez encore des questions, vous pouvez alors utiliser le formulaire ci-contre. Nous essaierons de répondre à vos questions.

L'éclairage ne prétend à aucune représentativité, et L'Asso a bien conscience que ce travail présente des limites. Elle n'entend pas non plus trancher les débats sur le sujet de la radicalisation agricole, mais simplement y contribuer en apportant un éclairage frangypan.

Nous vous recommandons fortement de lire au préalable la section Bienvenue.


Agriculture & radicalisation à Frangy, Haute-Savoie Cour (caladée) XVIIe, une zone de non droit du XXIe

Nous faisons chaque jour le constat, dans différents domaines, d’une perte de repère(s). La haine du patrimoine, la volonté de le détruire, le vandalisme le plus crasse, c’est aussi en France, au XXIe siècle, à Frangy, en Haute-Savoie.

À Frangy, les propriétaires croient que ce lent délitement s’explique en partie par le fait que nous avons perdu de vue ce fameux bon sens, cette sagesse authentique et populaire incarnée notamment par nos aînés. Parler aujourd’hui de bon sens, c’est être ringard, désuet et même populiste aux yeux de certains. On marche vraiment sur la tête ! Comment avons-nous pu laisser cette valeur cardinale péricliter à ce point ? Sans en faire un projet de société, les propriétaires croient, croyaient aux vertus de ce bon sens, en cette intelligence ...

À Frangy, la violence est partout. On la retrouve dans toutes les dimensions de cette micro société rurale clanique; principalement à l'encontre de tous ceux qui ont un peu de différence, comme ces gens d'ailleurs. Beaucoup voudrait que nul ne puisse plus critiquer ou remettre en cause une autorité locale ou d'une manière général ces agriculteurs ou à ces vieilles familles de souche à qui tout semble permis ; que tout soit lisse, uniforme, consensuel. Rien n’est plus dangereux. D’abord, évidemment, pour la démocratie, où la force n’est jamais un argument dans un État de droit. Et plus généralement, c’est toujours dans la discussion que se trouve la construction de solutions raisonnables; il est vrai qu'avec des gens raisonnables.

En démocratie, la violence, le vandalisme et les campagnes de mensonges et de désinformation ne peuvent se substituer au dialogue.

À Frangy, des agressions d’une violence inouïe contre les propriétaires et leurs enfants. Ils sont devenus le déversoir de la colère d'une population locale en souffrance. Des actes délibérés, des propos emprunts d'animosité, pour ne pas utiliser un autre terme, quasi-quotidiens … Il est hors de question de banaliser de tels gestes qui doivent, qui devraient dans un état de droit, faire l’objet de condamnations unanimes, notamment des élus locaux, et de sanctions pénales.

En démocratie, savoir que ces auteurs présumés échappent à leur responsabilité est une violence supplémentaire. Tous ces auteurs identifiés et connus des autorités constitués de ces violences devraient répondre de leurs actes.
 
À Frangy, un village d'apparence calme et paisible, tout imprégné de l’ambiance rurale qui caractérise les petits villages anonymes des Alpes du Nord, nul besoin d’y être né natif pour aimer ce coin, pour que le cœur puisse se l’approprier. En une poignée d’années, l’ambiance s’est métamorphosée. Une bande d'agriculteurs cupides, de petits caïds et de leurs proches, tentent de transformer le village au service de ... l'intérêt général. Pour certains, l’intérêt général serait la somme d’intérêts particuliers. Cette théorie signifierait que les intérêts des uns équilibrent normalement ceux des autres, que les intérêts de tous ont un point commun: l’intérêt général. Sauf qu'ici, certains, des nés natifs, semblent avoir beaucoup plus d'intérêts particuliers. Gens d'ici qui tirent profit de la faiblesse non pas de la législation, mais des hommes, d’une insuffisante application des lois et des contrôles.

En démocratie, l’impératif de vérité, justice est indispensable aux propriétaires. L'étude de l'Histoire locale, montre, démontre qu'il en a semble t-il été souvent ainsi.

À Frangy, de nouvelles manières de vivre et de partager auraient pu être inventées, et en écho à cette micro société rurale, auraient pu affirmé leur diversité, leur différence, évitant ainsi le repli sur soi et sur le passé. Les propriétaires sont en train de s'habituer à l'intolérable. Ils sont régulièrement vouées aux gémonies sans que jamais aucun des agriculteurs et de leurs sympathisants et autres signataires, enrôlés dans ce collectif identitaire rural Abag ait dit ce que le Domaine serait sans eux. Plutôt que de vandaliser leurs biens personnels, mettre en danger leur vie, leur couper l'eau potable, déverser toute cette acrimonie, depuis tant et tant d'années, l’État devrait être capable de (les) condamner et de mettre un terme définitif à cette situation.

Il n'en est malheureusement rien depuis 2004. « Ne combattez l'opinion de personne; songez que, si l'on voulait dissuader les gens de toutes les absurdités auxquelles ils croient, on n'en aurait pas fini, quand on atteindrait l'âge de Mathusalem. » Arthur Schopenhauer ; Aphorismes sur la sagesse dans la vie

q lieu de l'absurde

Une erreur constamment répétée, ce n'est plus une erreur, c'est un choix.

L'Association compte tout particulièrement sur votre mobilisation :  annoncez, reprenez et commentez en direct sur internet ce billet/post ! INSCRIVEZ vous à la newsletter

Sincères remerciements,

Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association