DirectTV Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Agriculture & radicalisation à Frangy, Haute-Savoie Chiffres clés, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

Patrimoine de Frangy, Haute-Savoie mais pas seulement ! Patrimoine

Ensemble, préservons aujourd'hui l'avenir.

La politique municipale de mise en valeur du centre du bourg : la destruction. Malgré ce patrimoine rural, particulièrement riche, témoin d’une longue Histoire, qui a contribué fortement à l’identité de Frangy, les actes de vandalisme et de destruction se suivent en ce début du XXIe.

Ces paysages, ces lieux historiques après avoir traversé quatre, cinq, voire six siècles sont menacés de disparition à court terme. Ils risquent de disparaître avec les mutations de la société actuelle, mais aussi à cause du communautarisme agricole exacerbé, si tous ensemble, gens d'ici et d'ailleurs, nous n’y prenons garde. 

Tous les lieux ont un passé, tous les lieux ont une Histoire. A la découverte de ces lieux avant qu'ils n'aient disparu du patrimoine.

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire." Albert Einstein

Chers Amis, chers partenaires,  
 
Dans cette partie, nous nous efforçons de vous présenter le Patrimoine local, de proximité, remarquable et pas seulement. Si malgré tout vous aviez encore des questions, vous pouvez alors utiliser le formulaire ci-contre. Nous essaierons de répondre à vos questions.

Nous vous recommandons fortement de lire au préalable la section Bienvenue.


Patrimoine de Frangy, Haute-Savoie mais pas seulement !

Des parties de Frangy s'en vont et emportent avec elles de larges pans de l'Histoire du village, mais aussi de ce que l'on appelle au XXIe, la Haute-Savoie.

A Frangy, plusieurs sites qui ont résisté à l'usure du temps, des siècles durant, ont été entièrement rasés. D'autres cèdent à l'implacable œuvre du temps et disparaissent les uns après les autres. Le peu qui reste continue de subir les affres de l'ignorance, du laisser-aller et de l'abandon. Le vieux centre-bourg en est l'exemple édifiant. Le vieux Frangy donne l'image d'un désastre.  Les effondrements ont fait des ravages. Alors que des édifices sont ensevelis sous les gravats, la préservation est, semble-t-il, le dernier souci des élus et de M. Le Maire, Bernard Revillon, agriculteur. Il est difficile de se prononcer, avec exactitude, sur le nombre des bâtiments historiques qui ne figurent que sur les plus anciennes des cartes postales ou photos des vieux frangypans.

De nouveau, en 2014, sans même prendre les mesures de sécurité nécessaires, la municipalité de Frangy a fait une démonstration de force en précipitant la démolition du grenier à sel situé place centrale, après avoir été informée du dépôt d’une demande d'instance de protection. Pas besoin de permis de démolition/destruction à Frangy, c'est l'argument de la mairie face aux gendarmes. Cette décision consternante clôt plusieurs mois de tentatives de dialogue avec le conseil général de Haute-Savoie, du au refus de tout échange avec la mairie. Les moyens mis en œuvre paraissent d’autant plus disproportionnés que la demande de l’Asso et de quelques habitants visait entre autre à obtenir plus de temps de concertation sur le projet d’aménagement (halle marché) de la place centrale et une meilleure prise en compte du patrimoine bâti avant des actes irréversibles. Face à l’entêtement des élus, les positions se sont durcies et la demande d'instance a été lancée. 

Imperturbables dans leurs convictions malgré cette mobilisation et l’intervention d'un conseiller général et personnalités qualifiées dans le domaine, les élus ont poursuivi leur programme destructif, alors même que le projet de parking souterrain, de commerce et de logement ne fait aucun sens et que la faisabilité financière d’une telle opération qualitative n’est pas prouvée. Dans les faits, cette destruction si pressante laissera la place …à un vide de plus, censé permettre une meilleure réflexion sur l’aménagement de l’espace autour de la place centrale. Comme si les maisons existantes empêchaient de penser!

Plus d’un siècle avant la construction de cette maison détruite hier, le grand théoricien de la renaissance Leon Battista Alberti, fustigeait déjà “les architectes incompétents [qui] sont incapables d’organiser le site tant qu’il ne se trouve pas débarrassé de tout ce qui l’occupe et que le sol n’a pas été libéré et entièrement aplani”. Et de continuer : “à cette fin, ils lancent […] sur le site des démolisseurs armés de leur masse pour tout renverser et détruire, ce qu’ils feraient en terrain ennemi avec plus de modération. Ils commettent là une erreur qu’il faut stigmatiser ; en effet, […] il est indigne de sacrifier les travaux de nos aînés sans tenir compte des commodités que les citoyens tirent des anciennes demeures de leurs ancêtres, alors qu’il reste toujours en notre pouvoir de détruire d’abattre et d’arracher entièrement toute chose en tous lieu“. Pourrait-on mieux décrire la situation?

A moins peut-être de laisser la parole à un auteur plus proche de nous, Victor Hugo, qui en 1825 déclarait sa “guerre aux démolisseurs“…

Car le seul argument, auquel M. Le Maire, Bernard Revillon s’accroche comme au Saint Graal, réside en la création de ce projet de densification du CEntre-Bourg. Cette question, qui aurait pu trouver d’autres réponses avec un peu d’imagination et de bonne volonté, serait donc la raison pour laquelle il a fallu, sans délai et un lundi matin, abattre des bâtiment de 200 pour deux et 600 ans pour le troisième.  Les temps changent, mais il semblerait que les humains, eux, restent les mêmes.

Sa besogne achevée, l'armada de pelleteuses, buldozers, énormes camions sont restés en place près de 20 jours sur les décombres, tel Saint Georges terrassant le dragon, tandis que les habitants découvraient peu à peu la nouvelle perspective sur le no-man’s land des équipements de -feue- la place centrale.
Va-t-on, ici encore, vers un de ces projets de “centre-village” à la mode, contre lesquels nous avions mis la mairie en garde lors des réunions fantoches des ateliers des habitants.  Les mêmes qui fleurissent un peu partout, au même titre que les salles polyvalentes dans les années 80 ou les “zones d’activité” des décennies suivantes, consistant à créer un grand vide improprement nommé “place” autour d’un bâtiment bétonné du XXIe et de l’équiper de quelques immeubles médiocres offrant quelques services et quelques logements mal conçus, mal réalisés et obsolètes en quelques années. Le tout accompagné d’un espace public généralement inutilisé, car conçu par des jardiniers plutôt que par des urbanistes, gérant mal les relations public / privé et laissant le meilleur de la rue à la voiture… Va-t-on ici encore vers un échec prévisible ? Assurément oui !

Le vieux centre-bourg s'en va, et emporte avec lui son Histoire. Comme des espèces rares, d'autres sites, aussi historiques, suivent les mêmes sentiers qui mènent inévitablement vers l'oubli. Le hameau de Collonges-le-bas a subi de lourdes destructions, que dire des autres hameaux et lieux-dits de Frangy ?

Plusieurs facteurs, dont cette érosion anthropique, de cette urbanisation du XXIe ont activement contribué à la dégradation puis à la disparition de ces repères historiques.  Nos élus persistent dans leur léthargie, vantant, parfois, les bienfaits de ces destructions, et tantôt, attendent les subventions de la réserve parlementaire, celles du Conseil général/départemental, voire celles encore de l'Etat.

Une histoire en chasse une autre, à Frangy.

Les Croisades de l'Asso Terroir de Frangy, Haute-Savoie. L'Histoire de Frangy, Haute-Savoie L'Office de Tourisme du Val-des-Usses à Frangy, Haute-Savoie

Patrimoine

Chaque occupant qui arrive efface l'Histoire de son prédécesseur.

Chacun a à l’esprit, aujourd’hui, le vandalisme qui frappe certains pays du Moyen-Orient en ce début du XXIe. Mais à côté de ces périodes tragiques, en ce début du XXIe en France, il y a des moments plus insidieux qui voient des décisions politiques locales aboutir à des destructions qui ne sont pas moins graves.

L'ignorance et la plus grande bêtise humaine ont causé des dommages irréversibles. M. Le Maire tire à tort la conclusion qu'il peut (tout) démolir. Les élus veulent éviter tout affrontement avec ces derniers et ferment les yeux sur le patrimoine pour acheter semble t-il une forme de paix à moins que ce ne soit autre(s) chose(s) ! à la justice de s'en saisir le cas échéant.

A Frangy, quelques rares voix se sont alors élevées, énormément se sont tues ... par peur.

Nos villes sont le fruit d’une accumulation séculaire et sont un livre ouvert où s’écrit l’Histoire de l’architecture, du pouvoir et de la société. Une juxtaposition d’édifices reflets de leur temps, devenus obsolètes et remplacés par d’autres, plus fonctionnels, plus modernes.  Que faire de ces bâtiments désaffectés, grandes coquilles vides, plantées au cœur de la ville, comme une sentinelle veillant sur notre mémoire collective ? La réponse de M. Le maire et des élus : DESTRUCTION

Le patrimoine devrait être utilisé comme un vecteur d'attractivité, voire de renouveau du territoire : il n'en est rien à Frangy, ou l'accent est mis sur les fermes industrielles, zones d'activités, sablières, projet usine de méthanisation ...

All Circuit Frangy

France Quelques mots sur certains des villages aux alentours de Frangy, Haute-Savoie, France Frangy, Haute-Savoie, France

La mémoire n'est pas nostalgie, elle nous aide seulement à mieux choisir le chemin où aller.

"Il y a toujours des larmes, mais toujours de l'espérance" Jean d'Ormesson 


Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association