DirectTV Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage à la mise en danger: vitesse, alcool et trafic routier dans la cour Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage de la distribution et de l'accès à l'eau potable Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Chiffres clés, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie Trophées, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

Corps de dépendances XVIII que MM.Guy Lacôte et Christophe Banchet souhaitaient détruire, ... pour élargir la cour. Métairie

Ensemble, préservons aujourd'hui l'avenir 

Depuis 2004, au centre d'un conflit savamment entretenu par un collectif identitaire rural Abag, voué à être détruit en 2009 par M. Le Maire et les co-gérants du GAEC Lo Pres Dary, pour élargir la cour du XVIIe exigüe que traverse aujourd'hui, en ce XXIe, un chemin rural, emprunté par des irréductibles et des véhicules monstrueux du XXIe; il est l'objet de bien de maux.

Le bâtiment, non fonctionnel pour un GAEC du XXIe, est dans un état de délabrement avancé, en raison de l'absence volontaire d'entretien et d'actes de vandalisme ciblés, a besoin d'être restauré.

Vous avez le droit de savoir.


"Il faut être fier d'avoir hérité de tout ce que le passé avait de meilleur et de plus noble. Il ne faut pas souiller son patrimoine en multipliant les erreurs passées." Gandhi 

Chers Amis,

À Frangy, des parties du patrimoine bâti s'en vont et emportent avec elles de larges pans de l'Histoire du village, mais aussi de ce que l'on appelle au XXIe, la Haute-Savoie. Plusieurs bâtiments qui ont résisté à l'usure du temps, des siècles durant, ont été entièrement rasés en quelques heures; d'autres cèdent à l'implacable œuvre du temps et disparaissent les uns après les autres.

À Frangy, le peu qui reste continue de subir les affres de la bêtise, du laisser-aller et de l'abandon. Le vieux Centre-bourg en est l'exemple édifiant. Il donne l'image d'un désastre. Il est par ailleurs très facile de laisser l'habitat se dégrader et de s'en servir ensuite comme prétexte pour le démolir. Le village compte encore de rares témoignages du passé tumultueux du Genevois mais plusieurs d’entre eux ont littéralement disparu sous le coups des bulldozers et autres pelleteuses d'entrepreneurs BTP locaux; en cause : l’incurie municipale, une urbanisation désordonnée, voire chaotique, ...

À Frangy, ces destructions ont fait des ravages et continue d'en faire. Alors que des édifices sont ensevelis sous des gravats, concassés dans des zones industrielles, la préservation est, semble-t-il, le dernier souci des élus et de M. Le Maire, Bernard Revillon, agriculteur. Il est difficile de se prononcer, aujourd'hui avec exactitude, sur le nombre des bâtiments historiques qui ne figurent plus que sur les plus anciennes des cartes postales ou photos des vieux frangypans.

Corps de dépendances XVIII que MM.Guy Lacôte et Christophe Banchet souhaitaient détruire, ... pour élargir la cour.

À Bel-Air, construits dans la pente, le corps de logis et le corps de dépendances agricoles, deux des plus imposants bâtiments encore debout, s’articulent autour d’une cour ouverte exigüe du XVIe. Ils sont articulés avec le bucher, le lavoir, le pigeonnier autour d'une cour exigüe, orientée Est-Ouest. L’accès à ces espaces de vie se fait uniquement par la cour centrale, à l'exception des caves viticoles du corps de logis

À Bel-Air, l'enjeu a été un temps de déstabiliser sa structure et provoquer ainsi sa destruction. Partie intégrante du Domaine, il a donc été inscrit depuis, contre l'avis de ses propriétaires et d'un agriculteur, aujourd'hui maire omnipotent. Bien que protégé depuis, il est toujours l'objet d'un chantage aux acte de vandalisme (et donc à la ruine). La mise en péril étant l'une des prérogatives permettant à un Maire de détruire un monument, même inscrit. Sciemment non entretenu, il continu à être volontairement percuté par d'énormes engins, toujours autorisés depuis que M. Le Maire, ait enlevé l'interdiction, ... jamais respectée et réprimée. 
Sous l'impulsions des propriétaires du corps de logis et de rapports accablants, ces agriculteurs ont été sommés de procéder à quelques travaux, sous couvert d'une expropriation.

À Bel-Air, de graves désordres structurels ont été repérés comme des problèmes de stabilité des pierres d'angle, de fissures sur les maçonneries d'appui ou de fuites. A Frangy, comment ne pas être atterrés de constater avec quel mépris le patrimoine est traité ? Comment ne pas être atterrés par l'accueil réservé à ces néo-ruraux, à ces étrangers qui rachètent ces vieilles maisons délabrées en ruine, rachetées au prix fort à ces agriculteurs, amoureux de leurs terres et de leurs village ... à eux, qui n'hésitent pas à les détruire et dont aucun locaux, ces frangypans de vieille souche, ne souhaite ?  ... et qui finalement recèlent de rares trésors !

À Bel-Air, le sentiment d'impunité se nourrit des incohérences du système ! Pourquoi s'en priver ? Au centre d'un conflit, savamment entretenu depuis 2004 par une certaine communauté agricole, voué à être détruit pour élargir la cour du XVIIe exigüe que traverse aujourd'hui, un chemin rural. Les peintures murales ont "sauvé la vie" du Domaine. Aujourd'hui protégé de l'impéritie politique et de la bêtise humaine, les propriétaires luttent depuis contre une association (collectif identitaire) fantoche ABAG d'agriculteurs, viticulteurs, chasseurs et de leurs proches, ou l'on retrouve M.Bernard Revillon, agriculteur, aujourd'hui, Maire de Frangy.

À Bel-Air, les corps de logis et de dépendances agricoles, sont fragilisés par de trop nombreuses collisions intentionnelles et régulières d'engins agricoles. Au centre d'un conflit, savamment entretenu depuis 2004 par une certaine communauté agricole, voué maintes fois à être détruit par ses propriétaires, MM Guy Lacôte et Christophe Banchet, futurs co-gérants du GAEC Lo Pres Dary mais aussi par la mairie de Frangy, un élu de vieille souche et M.Le Maire, Alain Poyrault.
Des fissures et des chutes de pierres ont été constatées au niveau du corps de dépendances agricoles. L’édifice bâti il y a plusieurs siècles risque tout bonnement de tomber en ruine. L’urgence d’engager sans tarder des travaux de confortement de ce bâtiment est vitale. Le seul but avoué : élargir la cour du XVIe exigüe du Domaine que traverse aujourd'hui, un chemin rural et ... "faire dégager" ces néo-ruraux là qui "nous emmerdent" avec leurs enfants ! toutes cessions ayant été refusées par ces agriculteurs.

Cour (caladée) XVIIe, une zone de non droit du XXIe Bassin détruit début des années 2000 par MM. Guy Lacôte et Christophe Banchet. Extension bétonnée année 1960, sise à l'ouest du corps de dépendance agricole. Extension bétonnée année 1960, sise à l'ouest du corps de dépendance agricole. Extension bétonnée année 1960, sise à l'ouest du corps de dépendance agricole. Extension bétonnée fosse à purin, lisier et autres merdes, année 1960, sise au sud du corps de dépendance agricole. Extension bétonnée fosse à purin, lisier et autres merdes, année 1960, sise au sud du corps de dépendance agricole. Extension bétonnée fosse à purin, lisier et autres merdes, année 1960, sise au sud du corps de dépendance agricole..

Corps de dépendance Bel-Air Domaine
All Corps de dépendance Bel-Air Domaine

Histoire Corps de dépendance Bel-Air

q société Banchet Lucien

> Destruction proposée, par les futurs co-gérants du GAEC Lo Pres Dary pour construire un énorme hangar métallique pour stocker matériel agricole et bottes de foin. Hangar qui d'après M.Christophe Banchet aurait eu pour effet immédiat de faire dégager ces connards avec leurs enfants. Destruction proposée, à plusieurs reprises par MM.Le Maire et l'omniprésent Bernard Revillon devant Mme la Déléguée du Procureur de la République, des élus, afin de permettre le transit d'énormes camions de granulés, poids lourds et autres convois d'engins agricoles à destination des GAEC Lo Pres Dary et Les ARICOQUES, (voisins du Domaine)

All Médiation Bel-Air
Destruction souhaitée et clairement exprimée, lors de la médiation pénale - En présence et avec l'assentiment de MM Guy Lacôte et Christophe Banchet, M. Alain Poyrault annonce la volonté d'en finir du Conseil municipal et d'engager toutes les procédures utiles pour faire détruire les bâtiments de Bel-Air, afin que les jeunes exploitants puissent développer leurs affaires (...)

All Délibération Bel-Air

À noter les multiples refus, alors inexpliqués des élus et de M.Le Maire, de procéder à la simple études des différents projets de contournement soumis, présentés et financés par les seuls propriétaires.

Croisade Conservation Bel-Air

Destruction à nouveau confirmée, lors d'une réunion mémorable en mairie, suite à l'inscription qu'ils leur a été imposée dixit M.Bernard Revillon, de l'ensemble du Domaine.
A Frangy, pour se débarrasser d'un bâtiment inscrit contre leur gré, alors, ne suffit-il pas de le laisser pourrir quelques dizaines d'années ? de provoquer quelques collisions malheureuses (voire malencontreuses), de sympathisants ABAG, de ne pas respecter les éventuelles interdictions de passage, ..pour progressivement provoquer son état de ruine, et enfin l'entourer de bandes rouges pour signifier son danger immédiat et ainsi permettre l'établissement d'un arrêté de péril imminent
Arrêté imminent que M.Le Maire, Bernard Revillon, agriculteur, sympathisant ABAG se serait empressé de prendre. Et oui, le bâtiment est seulement inscrit, il n'est pas classé ! C'est le seul cas ou M.Le Maire peut prendre la main pour détruire un monument historique ... inscrit ! Tel était le projet des propriétaires, les co-gérants du GAEC, en réponse à l'inscription, qu'il leur leur a été imposée

All Menaçant ruine Bel-Air

À Frangy, la démolition ne sera alors plus une honte, un scandale, elle sera alors vivement conseillée. Mais voilà, ces connards de propriétaires ne voit pas le futurs du Domaine comme cela (...). La stratégie de M.Le Maire et des co-gérants du GAEC a été revue : acculés par la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Rhône-Alpes, les co-gérants sont obligés à faire exécuter des travaux ... mais voilà ce sont des agriculteurs. Y-a pas d'sous, les pov' regardez l'état de l'exploitation. 

Alors attendons le rapport, attendons un peu beaucoup, déposons un permis, attendons les délais légaux, faisons diversion (...), pour faire des travaux de réparation de fissures, faut avoir un plan de l'ensemble, demandons une subvention exceptionnelle, faut avoir des devis : Mermier1, Mermier2, CAUE74, CAPEB01, demandons une subvention à plus de 77% (incroyable), attendons, attendons 

Enfin, après un n-ième pétage de plomb de M.Guy Lacôte, destruction le 1er octobre 2012 d'un mur de refend  

M. Le Maire n'a pas déposé plainte pour éclaircir ces agissements et pour que  le vandale ayant saccagé une part du patrimoine historique de Frangy soit jugé, et sévèrement condamnés. M. L'Architecte des bâtiments de France, Christophe Margueron s'est déplacé et a refusé de porter plainte au nom de l'état contre un agriculteur ... qui a pété les plombs. Quant à Mme Marie Bardisa, conservatrice en Chef des Monuments historiques de la DRAC Rhône-Alpes a tout simplement ignoré les communications des propriétaires



Imposée (l'inscription) à ses propriétaires agriculteurs, l'État français, des services s'en jouent aujourd'hui ! 

Ce simple fait devrait le protéger de tout acte de vandalisme agricole et/ou de ruine, voire de destruction, à fortiori lorsque celle-ci est proposée, à nouveau, en mairie ou bien que le souhait d'y mettre volontairement le feu soit exprimé à plusieurs reprises par M.Christophe Banchet devant témoins, voire de le détruire à coups de godet de tracteur.

L'atavisme est toujours le plus fort. Folie destructrice de la cupidité sans limites qui domine notre époque, le summum du paradoxe, bénéficier de subventions du département au taux improbables; tout en continuant de déstabiliser l'édifice, tant par le transit d'engins agricoles énormes, de poids-lourds 32T béliers, que par les actes délictueux répétés de M. Guy Lacôte (mur de refend, poutraison, portes, ...). Quant à ses abords, ils sont constamment souillés en toute impunité par ces mêmes agriculteurs ; le constat est alarmant et c'est sans compter les constructions et autres destructions sans autorisation, voire permis !

Les propriétaires ne disconviennent pas de la légitimité de M. Le Procureur de mener toutes les investigations utiles qu’il jugera nécessaire.


Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association