DirectTV Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Agriculture & radicalisation à Frangy, Haute-Savoie Chiffres clés, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

05/05/2017

Néo-ruraux : gare aux désillusions !

Vous avez le droit de savoir.

"Quand je suis vraiment impressionné, je suis si ému que je ne peux plus parler. Heureusement, la plupart des gens qui travaillent pour moi sont si émus qu’ils ne peuvent plus s’arrêter de parler. " Andy Warhol 

Chers Amis, chers visiteurs, chers frangypans,

 "Le partage de la connaissance"

La quatrième "croisade de Bel-Air" débute dès 2004. Elle a pour objectif de vous faire un retour basé sur notre expérience de vie.   La moitié des monuments historiques appartiennent à des personnes privées. Si comme nous, vous n'êtes pas propriétaires du château de Versailles, et que l'inefficacité croissante des services de l’État débordés ou découragés, en charge de la protection du patrimoine, vous ...pèsent, alors ce qui suit est pour vous. 
Il existe bien une association française, reconnue d'utilité publique, qui regroupe des propriétaires de monuments historiques privés. Mais de nouveau, si vos questions sortent du cadre ordinaire, alors personne au niveau national, régional, ni même départemental, ne vous apportera son expertise.



Cliquez sur le lien

La vie à la campagne est devenue un nouveau rêve français. Un rêve et une aventure exhalant des senteurs de nature, porteurs dans l'inconscient collectif d'images de vie simple et authentique, loin du stress et des agressions de la ville. Les éditions Rustica, qui traitent justement des divers aspects de la vie campagnarde, ont pris acte du phénomène : pour la première fois, cette maison d'édition, connue pour ses ouvrages spécialisés sur l'élevage, le jardinage..., publie un guide pratique généraliste, à l'usage de ceux qui veulent vivre à la campagne.

L'aventure en effet peut être lourde de mauvaises surprises. Aujourd'hui, la campagne est souvent une découverte, une sorte de nouvelle frontière, plus qu'un retour à des racines familiales, au bout du chemin inverse de celui des grands-parents, qui avaient nourri le flot de l'exode rural : le temps qui passe et efface peu à peu la trace profonde des siècles de civilisation rurale (Le Monde du 23 février) fait qu'une bonne part des modernes transfuges de la ville n'ont aucune familiarité avec leur nouveau cadre de vie. Certains peuvent y voir un simple décor plus chatoyant que le béton, sans imaginer la "rupture" culturelle que représente leur choix. L'ambiguïté peut transformer en désillusion, jusqu'à "l'insoutenable", souligne l'auteur, Bernard Farinelli, l'émerveillement des débuts.

Certains conseils ou remarques feront sourire ceux qui connaissent un minimum la vie au vert. Ils s'expliquent par la volonté de l'auteur, directeur du développement local au conseil général du Puy-de-Dôme et spécialiste de ces sujets, lui-même installé dans un hameau du bocage bourbonnais, de s'adresser, aussi, à ces parfaits néophytes.

Ainsi, souligner que "le candidat habitué au bruit de fond permanent du monde urbain risque dans un premier temps de se sentir dérouté", mettre en garde contre le fait que le "silence de la campagne" est en réalité peuplé de bruits, différents de ceux de la ville, pourrait paraître inutile, si des conflits clochemerlesques n'éclataient pas entre des habitants du cru qui vaquent à leurs occupations quotidiennes, et de nouveaux villageois qui n'imaginaient pas qu'un âne fait du bruit, et un tracteur plus encore... La chasse est un autre terrain privilégié de l'incompréhension, voire de l'hostilité qui peuvent s'installer entre les habitants traditionnels et les ex-citadins. L'auteur a raison d'observer que le sujet "mérite d'être pris au sérieux", tant il peut devenir conflictuel.

De la chasse au jardin bio, des détails les plus pratiques aux réflexions sur "l'étape complexe" - et essentielle - de l'intégration, en passant par la réalisation d'un projet professionnel et la gestion d'un élevage familial, le découpage thématique choisi par l'auteur illustre la variété insoupçonnée des questions, parfois presque philosophiques, quelquefois triviales, qui se posent aux nouveaux habitants d'un espace rural, lui-même modifié en profondeur par ce renouvellement démographique. Ainsi, l'auteur détaille, de façon simple mais précise, les différences sociologiques et psychologiques de la vie quotidienne, entre bourg, village, hameau et maison isolée. Il souligne la nécessité de les intégrer dans le choix de son petit paradis rural, car ces types d'habitat entraînent bel et bien "des modes de vie distincts". La situation de la maison peut donc "conditionner en grande partie le succès ou l'échec de la vie à la campagne".

La préservation de l'environnement, la préoccupation du développement durable sont très présents dans l'ouvrage. Parce qu'ils correspondent visiblement aux options personnelles de l'auteur, comme à celles de nombreux acteurs de la nouvelle ruralité. Mais aussi parce que Bernard Farinelli a le souci manifeste d'éduquer ceux des nouveaux "néo-ruraux" qui n'auraient pas fait le lien entre les deux...


L'Association compte tout particulièrement sur votre mobilisation :  annoncez, reprenez et commentez en direct sur internet ce billet/post ! INSCRIVEZ vous à la newsletter

Sincères remerciements,

Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association