direct tv - Accès médias de l'Asso Le chantage à la mise en danger: vitesse, alcool et trafic routier dans la cour Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage de la distribution et de l'accès à l'eau potable Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie

19/01/2016

Frangy, regarder le paysage pour connaître son identité et ses habitants

En ce début du XXIe, le patrimoine est détruit, vandalisé, pollué, au profit d’intérêts particuliers de nés natifs. La pollution du paysage est indécente. Or cette vilenie est assumée par des gens d'ici aux intérêts si particuliers. Peu importe pourvu que ces nés-natifs là, puissent faire prospérer leurs affaires.

Gens d'ici qui tirent profit de la faiblesse non pas de la législation, mais des hommes, d’une insuffisante application des lois et des contrôles.

Et vous, faites-vous confiance aux élus

Frangypans, vous avez le droit de savoir. 

“Les cultures sont devenues des sujets d’affrontement, outils d’affirmation collective et de quête d’identité.” Roger-Pol Droit  

Chers Amis, chers visiteurs, chers frangypans, 

Lorsqu’on voit d’étranges choses se passer et qu’on se demande pourquoi elles (nous) arrivent, prendre du temps pour voir comment tout cela s’articule est essentiel, et en conclure qu’il y a forcément une raison à toute chose. Rien n’est le fruit du hasard.
Les propriétaires du corps de logis regrettent, l’aveuglement surprenant –  incroyable si l’on y songe – de ceux qui, aux affaires, croient pouvoir tabler à l’infini sur la patience des gens de bien. On tire, on tire sur la ficelle. Nous craignons qu’elle ne finisse par céder.


Les principaux acteurs de ce petit morceau d'histoire du XXIe en milieu rural.


La pollution du paysage est indécente. 

Qui peut admettre en effet que l’on continue à laisser prospérer en toute impunité ceux qui, non contents de s’en prendre à la qualité de vie des habitants, souillent le visage même de ce territoire, ruinent sans scrupules sa beauté et s’attaquent donc à une part essentielle de son identité ?

Frangy défigurée : Frangy, comment Frangy est devenue moche !?  
TROIS Zones d'Activités aux abords de Frangy TROIS Zones d'Activités aux abords de Frangy SABLIÈRE entrée Ouest de Frangy SABLIÈRE entrée Ouest de Frangy 
Frangy, sans Lendemain !
Fermes industrielles (lait & viande) Bovins élevés dans des fermes usines Poules élevées dans des fermes usines

A Frangy, les élus réaffirment leur attachement aux paysages, qu’ils soient exceptionnels ou du quotidien en autorisant construction de fermes usines, d'usine de méthanisation, de zones d'activités, ..: cherchez l'erreur !

A Frangy, les récentes transformations des zones rurales, posent de nombreuses questions sur la recomposition des liens sociaux en milieu rural ancré. Le nombre d’agriculteurs ne cesse de diminuer dans le pays des Usses et pourtant, le village se repeuple petit à petit; un repeuplement démographique en grande partie lié à la mobilité géographique : habiter à Frangy et travailler à Annecy ou bien en zones frontalières à Genève ou Lausanne, dissocier ces lieux de vie le week-end et le reste de la semaine. La population a donc irrémédiablement changé, même si la terre appartient toujours aux agriculteurs de vieille souche, de nombreux cadres, agents de maitrises, employés ou encore ouvriers y habitent dorénavant.

A Frangy, les conflits d'usage et de voisinage sont nombreux. Il ne s'agit plus du problème du coq qui chante et réveillent ces néo-ruraux à 7 heures dimanche, mais surtout des problèmes de voirie et de difficultés de voisinage, dont le respect fait parti. Le quotidien d'un maire de commune rurale, ce sont souvent les oppositions entre agriculteurs et non agriculteurs. Mais quand le maire est aussi agriculteur comme à Frangy, le quotidien des néo-ruraux est plus que délicat : celui des propriétaires n'est pas un cas isolé dans le village : les exemples sont légion.

A Frangy, c'est le paradoxe de l'agriculteur qui s’empresse de vendre la terre devenue soudainement constructible aux plus offrant. Ce n'est pas sans provoquer de très nombreux heurs entre les étrangers, ces nouveaux arrivants, et les gens d'ici, ces agriculteurs eux-mêmes : le vivre ensemble, prend alors toute sa mesure ! A grande ou petite échelle un seul mot d’ordre : détruire, faire de l’argent à n’importe quel prix sous couvert d'hypothétiques emplois locaux, pourvu que des amis soient semble t-il bien servis. C’est le mot d’ordre de certains des hommes et de femmes, sans autre foi ni loi que l’argent, toujours plus d’argent ! 


  • peu importe qu’il s’agisse du vieux centre-bourg qui se défigure lentement, et inéluctablement bétonné et bitumé, grâce au "système" en place des maires successifs sans aucune vision de protection du patrimoine, d'infrastructure routière, 
  • peu importe qu’il s’agisse de ces hameaux qui voient pousser ces hangars industrielles de ces fermes industrielles, dévoués au culte du productivisme de masse, 
  • peu importe qu’il s’agisse de périmètre NATURA2000 ou d'un pont du XVIIe entaché par une zone d'activité privée d'un entrepreneur du BTP, 
  • peu importe qu’il s’agisse de périmètres protégés autour du seul monument historique qu'est le Domaine
  • peu importe qu'il s'agisse de cette bâtisse, ce que d'autres appellent encore leur château, ne leur appartient plus depuis 2004, même si certains des gens d'ici de vieille souche se croient encore chez eux et ne se gênent pas pour détruire le bien d'autrui, voire pénétrer illégalement au domicile des nouveaux propriétaires. M.Le Maire, Alain Poyrault, ainsi que son adjoint, l'omniprésent Bernard Revillon iront même jusqu'à demander la destruction du domaine pour laisser passer des poids lourds et autres MEGA convois agricoles

q développement urbain inadapté

q absence d'infrastructure routière

A l’heure même où  la communauté internationale a les yeux rivés sur le rendez-vous planétaire #COP21 et que les actions se multiplient partout dans le monde en faveur de la protection du patrimoine archéologique en Syrie, de la préservation de l’air, des sols, de l’eau, des forêts, notre village à tous – s’engage dans la démence de projets pharaoniques, dans la hangardisation et le bétonnage des sols, d'une troisième Zone d'Activité, d'une sablière, dans la destruction active et résolue de la biodiversité !
A preuve la complicité active d'Architecte des Bâtiments de France qui n’hésite pas à enfreindre les procédures, complaisance et complicité aussi des élus locaux dans l’octroi des permis de construire, l'absence de permis de démolir (inexistant à Frangy !), voire de déclaration administrative, entente enfin avec les bétonneurs et bitumeurs de service qui n’ont que faire de l’environnement.

Ceux de nos concitoyens qui s'inquiètent surtout du sort réservé à la beauté en seront pour leurs frais. Une maison forte, un château, un vieux centre-bourg, ce calvaire, ...., ne pèsent pas grand-chose face au profit d’intérêts particuliers privés, de nés natifs. Gens d'ici qui tirent profit de la faiblesse non pas de la législation, mais des hommes, d’une insuffisante application des lois et des contrôles.

L'agacement, le chagrin, éprouvé lors de la destruction du vieux centre historique a remis en mémoire des lignes d'Albert Camus. En 1951, dans l'Homme révolté, il mettait la beauté au premier rang de ses soucis. « En maintenant la beauté, nous préparons ce jour de renaissance où la civilisation mettra au centre de sa réflexion, loin des principes formels et des valeurs dégradées de l'histoire, cette vertu vivante qui fonde la commune dignité du monde et de l'homme, et que nous avons maintenant à définir en face d'un monde qui l'insulte. »


q paysage identité

L'Association compte tout particulièrement sur votre mobilisation :  annoncez, reprenez et commentez en direct sur internet ce billet/post ! INSCRIVEZ vous à la newsletter

Sincères remerciements,

Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association