DirectTV Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage à la mise en danger: vitesse, alcool et trafic routier dans la cour Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage de la distribution et de l'accès à l'eau potable Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Chiffres clés, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie Trophées, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

12/09/2014

(Projet) Usine de méthanisation (Projet) Usine de méthanisation NON à l’Usine de méthanisation, Frangy, Haute-Savoie Frangy, All Méthanisation

Loin de nos préoccupations quotidiennes patrimoniales, l'Association a décidé de relayer ces faits, caractérisés par un projet pilote d'usine à méthanisation.

Qui peut admettre en effet que l’on continue à laisser prospérer en toute impunité ceux qui, non contents de s’en prendre à la qualité de vie des habitants, souillent le visage même de ce territoire, ruinent sans scrupules sa beauté et s’attaquent donc à une part essentielle de son identité ?

Et vous, faites-vous confiance aux élus ?

Frangypans, vous avez le droit de savoir.

"Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants." Antoine de Saint-Exupéry

Chers Amis, chers visiteurs, chers frangypans, 

Lorsqu’on voit d’étranges choses se passer et qu’on se demande pourquoi elles (nous) arrivent, prendre du temps pour voir comment tout cela s’articule est essentiel, et en conclure qu’il y a forcément une raison à toute chose. Rien n’est le fruit du hasard.
Les propriétaires du corps de logis regrettent, l’aveuglement surprenant –  incroyable si l’on y songe – de ceux qui, aux affaires, croient pouvoir tabler à l’infini sur la patience des gens de bien. On tire, on tire sur la ficelle. Nous craignons qu’elle ne finisse par céder.


Les principaux acteurs de ce petit morceau d'histoire du XXIe en milieu rural.


Le développement de la méthanisation est une façon détournée d’obtenir de l’argent public afin de financer le maintien d’une agriculture industrielle 

À Frangy, la production alimentaire de masse engendre son lot de nuisances, dont des tonnes de déjections. L’épandage de celles-ci est lourd de conséquences : pollution des cours d’eau, prolifération des algues vertes… Dans ce contexte, la méthanisation est présentée par certaines personnes désintéressées, comme un procédé idyllique, qui, grâce à une forme de fermentation bactérienne, permettrait à la fois de produire de l’électricité, d’avoir des formes de cogénération et de produire un fertilisant organique. En réalité, tout ceci permettrait essentiellement de maintenir le statu quo de l’élevage industriel, moyennant quelques investissements hyper subventionnés.

La preuve que ces projets de méthanisation ne servent en aucun cas des intérêts locaux, ni environnementaux mais avant tout industriels et financiers.

Les lisiers ne présentent qu’un pouvoir méthanogène faible. Mais l’État finance leur recyclage par une augmentation de cinq centimes par KWh d’électricité produite (à condition qu’ils représentent 60 % des déchets). Comme leur utilisation nécessite des coproduits, certains agriculteurs développent spécialement des cultures à haute valeur énergétique. Agriculture et industrie agroalimentaire s’associent également pour valoriser leurs déchets, en s’appuyant sur ceux des communautés de communes (tontes, résidus de cantines scolaires ou de maisons de retraite.)  



La méthanisation vient également alimenter le mythe de l’agriculture affranchie des saisons : la cogénération pourrait, selon les projets, être utilisée pour chauffer des serres, faire sécher la fenaison ou à des fins de chauffage central. Enfin, la normalisation du digestat (à haute teneur en azote) ouvre des débouchés sur le marché des fertilisants, surtout s’il s’agit d’en exporter dans les régions productrices de céréales.

À Frangy, des agriculteurs réunis en coopérative pour la commercialisation de leurs laits se sont laissés convaincre que la production de lait trouverait dans le traitement de leurs déchets, pardon effluents une source de profit. M. Bernard Revillon a porté au conseil municipal - auquel il appartient en tant qu'élu et maire  - le projet et un permis de construire a été délivré de manière assez furtive, la population ne s’alarmant pas prise entre sous information, incompréhension des enjeux et dogme indiscutable du caractère 100% bénéfique et souhaitable de tout ce qui s’apparente à du ver
Ce projet de méthaniseur a été lancé en catimini par M. Le Maire, et son fils agriculteurs et deux autres exploitants agricoles ainsi que par la société SCARA. Mais cela inquiète au plus haut point des riverains et les défenseurs du Patrimoine, surpris de voir le permis de construire déjà accepté !  
La commune n’a eu semble t-il se prononcer que sur le respect des règles d’urbanisme. Le projet des  agriculteurs, n’a pas besoin d’autorisation des services de l’État puisqu’il est sous le régime de la simple déclaration

À Frangy, nombre de gens d'ici et d'ailleurs n'en veulent pas et le font savoir à qui de droit : M. Le Maire (et son fils Christophe) étant l'un des co-gérants. Le projet d'épandage de l'usine METHADAINES, sur des terrains situés sur les communes de Chaumont et de Frangy n'est pas au goût de certains des riverains, et des défenseurs du patrimoine et de l'environnement. 
En fait, de nombreux habitants craignent déjà les nuisances olfactives ou sonores. Et ils sont aussi nombreux à n'y voir aucun intérêt écologique. Outre les nuisances, la sécurité préoccupe aussi les frangypans regroupés en collectif. En cause: l'encadrement et la surveillance des installations qui véhiculent le gaz, suivis de près par une autre préoccupation à propos de la sécurité ... sanitaire. Ce qui les dérange surtout, c'est la volonté de développer de très grosses unités de méthanisation pour maximiser la rentabilité économique, au risque de les alimenter avec n'importe quoi ...Il n'y a qu'à se reporter aux déclarations maladroites des uns et des autres pour s'en rendre compte.

Mais où est donc l'enquête publique M. Le Maire ? Mais où sont donc les réunions d'information M. Bernard Revillon, agriculteur, co-gérant du GAEC Le Collongeois ?  


Fermes industrielles (lait & viande) Bovins élevés dans des fermes usines Cochons élevés Ovins élevés Telepac - Téléservices des aides de la PAC
(Projet) Usine de méthanisation (Projet) Usine de méthanisation NON à l’Usine de méthanisation, Frangy, Haute-Savoie NON à l’Usine de méthanisation, Frangy, Haute-Savoie

À Frangy, que M. Bernard Revillon, agriculteur et Maire et d'autres, cessent de se draper derrière le paravent des «paysans» alors qu’ils défendent des intérêts industriels. En définitive, la politique suicidaire qu’ils défendent fait le jeu des acteurs de la chimie industrielle (intrants et semenciers) et des distributeurs.

À Frangy, le projet de la création d'une éventuelle unité de méthanisation (projet METHADAINES) sème le trouble parmi nombre la population de tout le canton Usses et Rhône). MM. Bernard Revillon et son fils Christophe Revillon (GAEC Le Collongeois),  MM. Berthet-Mollaz (GAEC BéMol) et les Fermiers Savoyards seraient parties prenantes pour cette unité .... PILOTE. (d'après les propos de M. Paul Rannard Président de la Communauté de Communes Usses et Rhône CCUR, et Président du Conseil d'Administration .... des Fermiers Savoyards)
 
La méthanisation des effluents de l’élevage bovin pour produire de l’électricité permet(trait) semble t-il d’améliorer le revenu des éleveurs (...). Mais la croissance de la production électrique à partir du méthane implique de mettre beaucoup de verdure dans la fosse à lisier, à commencer par du maïs ensilé dont une part croissante est désormais cultivée pour ne plus passer par la panse des vaches. C'est oublier également que la rentabilité se calcule(rait) avec 50% de subventions ! Toute ressemblance, ou similitude avec des personnages et des faits existants ou ayant existé, ne saurait être que coïncidence fortuite. Et les ...aides, les soutiens, pour ne pas parler des subventions de la PAC pour ces cultures (les fameuses CIVEs) dédiées exclusivement à être digérées ? SCANDALEUX

Pourquoi l’eau potable est menacée, à brève échéance ? Qu’est-ce qui fait peser cette menace ?  La pollution ! La pollution par les assainissements et l’agriculture intensive, productrice de lisiers, auxquels vont se rajouter les digestats liquides de la méthanisation. Ces agriculteurs vont multipliez les hectares d’épandage avec des effluents liquides, alors que ceux-ci sont néfastes pour l’eau.

Le calcul économique implique alors de nourrir moins de vaches, donc de produire moins de lait afin de préserver la rentabilité de la méthanisation. Ajoutons que l’effet pervers de cette méthanisation là est de renchérir le prix des terres agricoles !

La décadence c’est quand on commence à faire des choix qui ne sont pas favorables à soi-même ...



All Méthanisation Frangy

q nuisances olfactives de caractère rural

q biodéchets

q biogaz

q éleveurs industriels

q effluents d'élevage

q nuisances olfactives

q confort de vie

q déchets verts

Développement urbain inadapté absence d'infrastructure routière !


q développement urbain inadapté

q absence d'infrastructure routière

Droit de Savoir

L'Association compte tout particulièrement sur votre mobilisation :  annoncez, reprenez et commentez en direct sur internet ce billet/post ! INSCRIVEZ vous à la newsletter

Sincères remerciements,

Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association